Fraternité Catholique Mariale Franciscaine

 

CONSTITUTIONS GENERALES DE LA FRATERNITE

 

 

Article 1

 

De même que, par les dispositions du Seigneur, Saint Pierre et les autres Apôtres constituent un seul collège, d’une manière semblable les Evêques successeurs de Saint Pierre et successeurs des Apôtres, sont unis entre eux.

 

 

 

Article 2

 

Il appartient au Synode, selon les besoins de la Fraternité, de choisir et de promouvoir les formes selon lesquelles le collège des évêques exercera collégialement sa charge à l’égard de la Fraternité.

 

 

 

Article 3

 

Il appartient à le Supérieur Général de convoquer le Synode, de le Présider lui-même, ainsi que de le transférer, de le suspendre ou de le dissoudre et d’en approuver les décrets.

 

 

 

Article 4

 

Tous les Evêques membre du collège des évêques, ainsi que tous les membres du clergé (Clercs, Frères, Diacres, Prêtres) eux seul ont le droit et le devoir de participer au Synode Général.

 

 

 

Article 5

 

Les membres consacrés dans l’œcuménisme admis en observateurs ou des laïcs ayant des responsabilités dans le Conseil Synodal, Diocésain, ou Presbytéral sont également appelés à siéger l’or du Synode Général avec voix délibératrices, car ils sont élus.

 

 

 

Article 6

 

Le Supérieur Général directement placé au dessus du Synode Général et il est assisté d’un Secrétaire à qui il appartient sous son autorité de :

 

1°) – Convoquer le Synode Général chaque fois que le motif lui parait opportun et de désigner le lieu où se tiendra l’assemblée.

 

2°) – Préciser l’Ordre du jour.

 

3°) – Désigner le Président du Synode si le Supérieur Général  n’est pas libre.

 

4°) – Le Supérieur Général ou son remplaçant conclure le Synode Général, le transférer, le suspendre, le dissoudre.

 

 

 

Article 7

 

Le Synode Général a un Secrétaire nommé par le Supérieur Général lui-même, sa signature

 

authentifiera  tout acte officiel en l’absence ou l’éloignement du Supérieur Général .

 

 

 

Article 8

 

Si un des membres consacrés ou laïc élus ne peut se présenter, ou est retenu par un empêchement légitime, il pourra envoyer un mandat pour se faire représenter par un procureur (cette faculté lui est accordée que 1 fois par an), il devra faire connaitre cet empêchement et son motif au Secrétaire qui décidera de sa valeur et pourra en demander une preuve.

 

 

 

Article 9

 

Le Synode de l’Eglise de France sera réunira tous les ans, le Synode Général tous les 3 ans et le Secrétaire sera élu tous les 6 ans avec possibilité d’être reconduit dans sa tâche. Chaque Synode Général ou Exceptionnel se déroulera en France, et les représentants de chaque pays devrons s’y rendre à leurs frais (déplacement et hébergement complet)

 

 

 

Article 10

 

A titre exceptionnel et sur requête du Supérieur Général ou du Secrétaire, tous les membres de la Fraternité (même les laïcs) peuvent demander la réunion d’un Synode Général Exceptionnel, celui-ci se déroulera automatiquement en France.

 

 

 

Article 11

 

Toutes décisions ou nominations ne pourront pas être prise en considération qu’après un accord écrit du Supérieur Général .

 

Toute consécration pour être valide devra être faite par le Supérieur Général lui-même, il pourra être assisté ou non d’un ou plusieurs évêque apostolique de succession valide.

 

Pour qu'un évêque soit validement consacré, il faut qu'il reçoive l'imposition des mains d'un autre évêque dont la succession remonte sans interruption jusqu'à un Apôtre institué par Jésus-Christ.

 

 

 

Article 12

 

Tous les Evêques, Prêtres, Diacres et Clercs avec ou sans Ordre Sacré seront soumis au Supérieur Général de la Fraternité Catholique Mariale Franciscaine.

 

 

 

Article 13

 

Condition d’admission comme Postulent, Postulante, dans la Fraternité Catholique Mariale Franciscaine.

 

- Etre Majeur 18 ans minimum

 

- Suivre un Noviciat de 1 ans voir plus ou moins selon l’accord du maître des novices et les besoins de la Fraternité.

 

- Suivre les cours d’enseignements bibliques, théologiques et philosophiques prescrits par l’Eglise.

 

- Pour être Diacre environs 23 ans minimum ou plus.

 

- Pour être Prêtre 25 ans minimum ou plus

 

- Il y aura des Frères et des Sœurs, ils  suivront la troisième règle de Saint François d’Assise jusqu’à la fin de leur noviciat. Seulement à ce moment là et selon les besoins de la Fraternité :

 

a) les sœurs pourront recevoir les Ordres mineurs jusqu’au Sous Diaconat   et l’Ordre Majeur du Diaconat ou elles pourront prononcer leurs vœux selon l’Ordre de Sainte Claire avec vœux de célibat.

 

b) les frères pourront recevoir les Ordres mineurs jusqu’au Sous Diaconat  et l’Ordre Majeur du Diaconat Permanent si marié. Pour la Prêtrise, les célibataires ne devront pas prononcer le vœu de Célibat car ils ont la vie devant eu. 

 

 

 

Nota : Pour être Evêque ce ministère sera réservé aux Célibataires uniquement.

 

 

 

Article 13 bis

 

Condition d’admission particulière dans l’Eglise :

 

1°) Pour un Laïc ;

 

- 1 lettre de motivation

 

- 1 extrait de baptême et de confirmation

 

- 1 acte de mariage (si marié avec autorisation de l’époux ou de l’épouse)

 

- 1 extrait n°3 du casier judiciaire

 

- 2 photos d’identités

 

- 1 photocopie de la carte d’identité recto verso ou passeport ou carte de séjour

 

 

 

2°) Pour un membre consacré venant d’une autre Eglise :

 

- 1 lettre de motivation

 

- 1 lettre testimoniale

 

- 1 Exéat de moins de 3 mois

 

- 1 copie certifiée conforme des Ordres Sacrés reçus.

 

- 1 extrait de baptême et de confirmation

 

- 1 acte de mariage (si marié avec autorisation de l’époux ou de l’épouse)

 

- 1 extrait n°3 du casier judiciaire

 

- 2 photos d’identités

 

- 1 photocopie de la carte d’identité recto verso ou passeport ou carte de séjour

 

 

Nota : selon les Ordres Sacrés reçus, un teste de connaissances Théologiques et Philosophiques pourra être demandé et une réordination possible.

 

 

 

Article 13 bis A

 

Condition d’admission particulière dans l’Eglise pour un Evêque :

 

Précisons également que la réception d’une consécration "sub conditione" (sous-condition) n’est pas reconnue par nous pour se prétendre de la "ligne mariavite". 

 

Nota : Il n’y a donc pas de reconsécration sous-condition pour un Evêque d'une autre Eglise.

 

 

 

Article 14

 

Ministère des femmes.

 

 

Comme les hommes, elles devront remplir les mêmes conditions et suivre une formation religieuse avec possibilité de faire des vœux privés après 1 an minimum de noviciat, puis elles pourront recevoir les Ordres Sacrés jusqu’au Diaconat dans les même conditions requises pour les hommes, en fonction des besoins de la Fraternité.

 

 

Pour le moment et jusqu’à modification des présentes constitutions, il n’y aura qu’une sœur Diaconesse, elle sera responsable des sœurs avec le titre de Mère Abbesse.

 

 

La reconnaissance de la Prêtrise et de l’Episcopat féminin créé en 1929 et supprimé en janvier 1935 est confirmé par les présentes constitutions.

 

 

Article 15

 

Authentification des documents officiels:

 

 

Seul les documents ayant l’entête de la première page de ces constitutions est un document officiel.

 

Seul le Supérieur Général possède le tampon sec en relief.  

 

 

Article 15 bis 

 

Liste des documents à caractères officiels:

 

- Les Ordres Mineurs

 

- Les Ordres Majeurs (Diacre, Prêtre)

 

- Cartes d’Ecclésiastiques et Celebret.

 

- Toutes nominations internes à l’Eglise en France et dans le Monde

 

- Toutes décisions qui ne demandent pas la contre signature du Supérieur Général.

 

 

 

Article 16

 

Actes Religieux autorisé dans la Fraternité.

 

- Voir Article 15

 

Un registre devra être ouvert spécialement au Secrétariat, et Fraternité.

 

Chaque fin d’année les Fraternité adresseront un double au Secrétariat pour Archives.

 

Le Secrétariat gardera toutes les Décrets, Nominations, Documents Officiels dans un registre spécial numéroté et paraphé.

 

 

 

Article 17

 

Discipline ecclésiastique:

 

Tous membres du clergé doit respect et obéissance au Supérieur Général  et à ses successeurs.

 

En cas de transgression de cette règle, le ou les contrevenants peut être exposé aux sanctions suivantes:

 

 

1°) – La Réprimande:

 

Elle consiste en une lettre privée adressée au contrevenant par le Supérieur Général . Elle n’est pas rendu publique. Elle incite le destinataire à une meilleure observation des règles religieuses.

 

 

2°) – Le Blâme:

 

Il s’agit d’un acte public constatant les faits reprochés au contrevenant et le priant de renoncer à un attitude ou une activité qui s’avérerait néfaste pour la Fraternité.

 

 

3°) – La Suspension:

 

Il s’agit de la suspension d’une fonction exercé par un membre du clergé. Elle ne peut être prononcé que par le Supérieur Général lui même.

 

4°) – L’Exclusion Définitive, Excommunication et Retour à l’état laïc:

 

Elle ne peut être prononcé que par le Supérieur Général  lui même, pour des fait graves mettant en cause la Fraternité ou la Communauté, son Organisation, sa Moralité et Parjure au serment de fidélité  canonique sur les Saints Evangile à l'Evêque et ses successeurs au cours de son Ordination.

 

 

 

 

Article 17bis

 

Serment d’Engagement et de fidélité canonique :

 

 

Du Clerc à l’Evêque devra prêter un serment d’engagement et de fidélité canonique à la Fraternité, au Supérieur Général et à ses successeurs. Ce sera un document officiel et la prestation de serment se fera devant le clergé et l’assemblé des fidèles.

 

 

Tout manquement à se serment fera l’objet de l’article 17 verset 4, sans enquêtes préalables, car se serment sera fait sur les Saints Evangiles.

 

 

 

Article 18

 

 

La liturgie est célébré selon le rite Tridentin (dos au peuple), mais à titre exceptionnel selon le rite de Paul VI (face au peuple) et dans la langue vernaculaire du pays ou en latin.

 

Les ornements liturgiques sont les mêmes que dans l’Eglise Universelle, le port de la Chasuble est obligatoire, l’étole croisée pour les Prêtres et droite pour les Evêques, pas de célébration publique sans Chasuble (1).

 

(1) se rapporter à l’Article 17 verset 2

 

 

Article 18 bis

 

L’habit du clergé:

 

Donc nous porterons l'habit Franciscain avec pèlerine marron pour le clergé et l'Aube Franciscaine marron pour les religieux et postulent. 

 

Les Evêque la soutane noire filetés violette, ou  l'habit Franciscain avec pèlerine marron  avec croix pectoral et pour tous déplacement en pays chaud la soutane blanche filetée violet.

 

L'habit Franciscain avec pèlerine marron est  obligatoire or des célébrations du culte, sauf en communauté et des rencontres officielles, mais sont port est conseillé en permanence pour les célibataires.

 

Le port du Clergyman gris clair ou noir est obligatoire, les Evêques sont autorisés à porter le clergyman blanc. (Toutes autres couleurs sont prohibées pour l’ensemble du clergé) le port de la croix en permanence est obligatoire. (1)

 

(1) se rapporter à l’Article 17 verset 2

 

Le Matériel ou les Objets du Culte, achetés par l'Eglise sont prêtés et non offert à un Frère - prêtre, Frère - diacre, Religieux ou Religieuses ou à une communauté, tout appartient à l'Eglise mère dont le Siège Administratif est en France métropolitaine, c'est pour cela que nous demandons un inventaire pour savoir ce qui appartient à L'Eglise ou en propre à l'Eglise.

 

 

Article 19

 

Carte d’Identité d’Ecclésiastique et Celebret:

 

Une carte d’identité d’ecclésiastique sera délivrée à chaque membre du clergé du Clerc à l’Evêque.

 

L’Evêque a une validité permanente et tient lieu de Celebret

 

France Métropolitaine:

 

Pour les Prêtre validité permanente, Celebret renouvelable tout les ans par le Supérieur Général lui même.

 

France Métropolitaine, DOM-TOM et Etranger.

 

Pour les Prêtre validité permanente, Celebret renouvelable tout les ans par le Supérieur Général lui même.

 

Pour un Diacre validité permanente, Lettre Missionnale renouvelable tout les ans par le Chancelier.

 

Pour un Clerc validité permanente, Lettre Testimoniale  renouvelable tout les ans par le Chancelier.

 

 

Article 20

 

La confession auriculaire n'est pas obligatoire, mais elle est conseillée dans un climat de confiance, lorsqu’une personne (adulte ou adolescent) le demande.

 

L’Absolution avant la communion reste en vigueur pour ceux qui n’aurait pas pu se confesser.

 

 

 

Article 21

 

PRINCIPES GENERAUX DE FOI

 

1er -  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine   est fondée sur les anciens principes catholiques de foi et de morale. Ces principes sont issus des livres canoniques de l’Ecriture Sainte de l’Ancien et du Nouveau Testament et de la Tradition Primitive de l’Eglise Universelle. Ils ont été définis pendant les sept premiers conciles œcuméniques.

 

2ème –   La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine n’établit pas de nouveaux dogmes. Elle professe les Symboles des Apôtres, de Nicée et de Constantinople.

 

3ème –   La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine reconnaît  la primauté de l' Evêque de l’Eglise Universelle, et l’infaillibilité du Pape dans les problèmes de foi et de la morale.

 

4ème – Depuis 1924, il n’existe plus de célibat obligatoire dans  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine, dès lors, il y a des prêtres mariés et des prêtres célibataires. Mais nous engageons fortement le célibat pour une meilleur Evangélisation, sachant que pour la bonne marche de notre mission Apostolique le choix des Evêques se fera parmi les célibataires, il en vat de notre avenir et de l’extension du Mariavitisme dans le Monde. Tous sont tenus de garder l’esprit Franciscain.

 

5ème –  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine  croit que Dieu agit dans le cœur de l’homme. Elle s’élève contre toute vénération superstitieuse, mais ne rejette pas cependant le grand respect qu’on doit témoigner aux tableaux religieux, aux statues, aux reliques et aux souvenir des Saints.

 

6ème – la confession auriculaire n'est pas obligatoire, mais elle est conseillée dans un climat de confiance, lorsqu’une personne (adulte ou adolescent) le demande.

 

7ème –   La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine  reconnaît les 7 Sacrements.

 

8ème – Depuis 1922, la Communion est administrée aux fidèles sous les deux espèces.

 

9ème –  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine  s’appuie aussi sur la Révélation de la Miséricorde Divine reçue par Mère Marie-Françoise KOZLOWSKA, la Fondatrice bénie au Mariavitisme. Cette révélation nous demande de croire et d’adorer le CHRIST réellement présent dans le Saint Sacrement, et d’invoquer le secours permanent de la Sainte Vierge Marie, pour le monde plongé dans le péché. (Le premier message fut reçu le 2 août 1893.)

 

10ème – La devise : Tous pour la grande gloire de Dieu et pour l’honneur de la Sainte Vierge Marie, doit éclairer les prêtres de  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine , dans leur ministère ecclésial.

 

11ème Le but principal de La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine  est de propager l’honneur de JESUS dissimulé dans le Saint Sacrement, et d’indiquer la nécessité d’invoquer le secours permanent de la Sainte Mère de Dieu, sous le vocable de Notre Dame du Perpétuel Secours.

 

12ème – Le clergé de  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine  se place sous la protection de Notre Dame du Perpétuel Secours.

 

13ème –  La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine   possède en son nom même, le nom de Marie ce qui signifie qu’il est indispensable d’imiter sa vie de solitude et d’humilité, son esprit de prières, son grand amour envers les autres et son empressement à répondre à la volonté de Dieu.

 

14ème – Le Saint Sacrifice de la Messe et l’ensemble de la liturgie sont célébrés exclusivement en langage courant.

 

15ème – L’ensemble du Ministère religieux est gratuit, en accord avec l’injonction du CHRIST contenue en Mathieu 10 verset 8 : « Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. »

 

Cependant, le clergé est autorisé à accepter des offrandes pour les messes et des dons volontaires des fidèles.

 

16ème La Fraternité Catholique Mariale Franciscaine tient la validité de leurs Ordres de la  Succession Apostolique de Monseigneur BOSSUET, Evêque de MEAUX, qui est reconnu par l’Eglise Catholique Romaine en ce qui concerne sa  validité.  

 

 

 

Article 22

 

Budget de L’Eglise :

 

 

Le Budget de l’Eglise consiste dans les messes, les neuvaines, les trentains, les dons volontaires et la vente de produits religieux ou communautaires.

 

Le tarif des messes est révisé chaque année et promulgué par le Chancelier, 50% des messes sont à reverser sur le compte de l’Eglise. (RIB – IBAN fournit par le Supérieur Général)

 

L’Eglise ne possédant pas de communauté ou de maison mère, les membres du clergé doivent avoir un travail et un salaire pour leur entretien personnel.

 

Les Consécrations,Ordinations et les prises d’habit en France  Métropolitain, DOM-TOM et Corse compris, comme en pays Etranger, le déplacement du Supérieur Général et de son accompagnant sont à la charge de l’invitant (Voyage, Hébergement et Nourriture).

 

Le Supérieur Général aura une allocation de 25€ par jour et son gasoil en plus, jusqu’au prochain Synode et en fonction du budget de l’Eglise.

 

Pour une Ordination :

 

L'Eglise prêtera en fonction des deniers de l'Eglise , pour une durée de 5 années ( Temps d'un Diacre ou Prêtre en activité permanent de son ministère) au delà de cette durée se sera donné définitivement, car trop nous quitte en moins de 5 années de ministères sacrés pour essayer dans une autre église, car un bon nombre n'acceptent pas la hiérarchie de l'église et l'Autorité ecclésiastique de l'Evêque et Supérieur Général.

 

 

 

 

 

 

 

Fait et donné le : le 7 août 1999 Modidié le 28 Mars 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez votre site